American Notes

Pendant que Stendhal se promenait d’un bout à l’autre de la France et de l’Italie en touriste et que Flaubert allait se trimballer au Moyen Orient au cours de la première moitié du 19è siècle, l’Anglais Charles Dickens traversait l’océan pour aller explorer les États-Unis.

Il publia son récit de voyage, American Notes, quelques mois après son retour en Grande Bretagne. J’ai lu la traduction française de ce livre il y a trois ans. Je voulais le relire, dans le texte original.

L’unique exemplaire disponible à la Grande Bibliothèque est conservé dans la Collection nationale. Les bibliothécaires ont estimé que le livre est trop fragile pour le laisser circuler hors des murs de la Bibliothèque. La couverture est usée ; le papier, un peu jauni, est épais, sec, rigide, friable ; le livre doit être manipulé avec soin. Il n’est donc pas surprenant qu’il faille le lire sur place à la bibliothèque.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut feuilleter un exemplaire d’un livre publié originalement il y a 175 ans. La lecture de ce livre est fascinante en ce qu’elle nous permet de constater l’évolution de ce pays, les États-Unis, que nous croyons, je spécifierais même, que nous prétendons connaître si bien.

6 réflexions sur “American Notes

    1. L’hyperlien sur le titre du livre mène à l’article dans Wikipédia qui le décrit en détail, et en français, beaucoup mieux que je ne pourrais le faire.

      Dans un billet sur mon pèlerinage sur les traces de Montaigne, j’avais fait allusion aux émotions qu’avait ressenties Flaubert en feuilletant un exemplaire des Essais de Montaigne, annoté de la main même de ce dernier, à la bibliothèque de Bordeaux.

      Ce n’est pas la même impression que je ressens en feuilletant ce vieux livre — il n’est pas annoté de la main de Dickens –, mais c’est un exemplaire qui a tout de même vécu plus d’un siècle et qui a certes été feuilleté par un grand nombre de lecteurs pendant des décennies. Ça se voit sur la photo – cliquez sur la photo pour l’examiner plus attentivement et le constater.

      Je reviendrai au livre de Dickens dans un autre billet à venir, lorsque je serai prêt, sur un détail précis, en rapport avec une expérience vécue de voyage. La description dans Wikipédia fait allusion, en quelques phrases succinctes, à l’événement raconté par Dickens, qui avait attiré mon attention à des expériences vécues lors de mon voyage dans le sud-est américain il y a trois ans.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s