Éphémérides

Une gaine de papier-collant enserre une partie de l’affiche sur le poteau de téléphone. Le papier déchiré révèle à l’observateur attentif la dure réalité des marques du temps.

===

L’humain abat des arbres, les déforme, les transforme, les informe… il les taille pour en faire des poteaux de téléphone, et il les replante dans le sol, tels de grands crochets, pour tisser des réseaux de fils de métal. Il y stimule des électrons, qui se relaient pour porter des messages éphémères, se codant, décodant, se codant à nouveau, se répondant, se croisant, s’entremêlant, se composant et tournant en rond dans une tour de babel…

L’humain abat aussi ces arbres et les déchiquette pour en faire du papier, sur lequel il imprime des informations, des conversations, des messages, des annonces de vente de garage, de cours de danse, des mots d’amour, des réflexions…

L’humain arrache du sous-sol des tonnes de métal, qu’il raffine, fond, tord, recompose, moule en formes de clous ou d’agrafes … Il suce le pétrole des profondeurs de la terre, qu’il transforme en ruban plastique collant  …

Le tout se décompose, lentement, devient artefacts, pour l’examen de générations à venir : les éléments subissent les ravages du temps, se décomposent, lentement…

===

La pensée immatérielle, lorsque matérialisée par les écritures, entreposée dans des cavernes oubliées, des bibliothèques tapissées de volumes de parchemins défiant le temps, traverse les âges miraculeusement…

===

En passant le temps, auriez-vous perdu un code?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s