Images de Rosemont — La Petite Patrie

Bellechasse et Saint-Laurent
Rue Bellechasse, coin Saint-Laurent

Il y a trois ans, j’ai quitté la région de la capitale fédérale, où je suis né et où j’ai vécu presque toute ma vie adulte. Au début de la retraite, j’ai déménagé mes pénates à Montréal. J’ai quitté une région que je connaissais très bien, à tous points de vue, pour me lancer à l’aventure dans un univers qui, bien qu’il ne m’était pas étranger, n’en demeurait pas moins très différent.

J’ai choisi de m’installer dans l’est de la ville, dans l’arrondissement de Rosemont — Petite-Patrie. Je cherchais un milieu au sein duquel je me sentirais chez-moi. Je ne me suis pas trompé.

Néanmoins, c’est tout un défi que d’adopter une nouvelle ville, surtout une ville aussi diversifiée et complexe que Montréal ; une ville qui évolue rapidement.

C’est difficile de s’apprivoiser un nouveau milieu ; de découvrir sa culture propre, par exemple apprendre à connaître les habitudes de conduite automobile de ses habitants ; de repérer les meilleurs endroits où se procurer tel ou tel produit ou service, trouver un médecin ou un dentiste par exemple ;  de se créer de nouveaux réseaux…

Il y a plusieurs façons de s’intégrer dans un nouvel environnement. C’est en tissant des liens avec les habitants d’une ville, d’une région, d’un pays, qu’on apprend à découvrir les secrets des lieux. Pour accélérer ce processus, je suis devenu membre d’associations, de clubs ou de groupes d’intérêts : tennis, tai chi, photographie ; j’ai pris des cours, j’ai participé à des événements publics…

On peut compléter cet apprentissage en lisant des livres pour mieux connaître l’histoire de cette nouvelle ville — pas seulement des traités d’universitaires — sociologues, historiens, urbanistes, etc –, mais tout autant ceux de ses poètes, ses romanciers, les chroniqueurs qui ont raconté les histoires des gens qui y vivent et y ont vécu, à toutes les époques.

Une autre façon de connaître une ville, c’est d’y flâner ; de la faire sienne par osmose… l’entendre vibrer, la sentir, la contempler, la toucher… Depuis que je suis arrivé à Montréal pour y vivre, je la parcours, à pied et en vélo, de long en large, d’un quartier et d’une agglomération à une autre, … Les noms des rues, des édifices, des parcs deviennent plus familiers lorsqu’on explore, lorsqu’on s’y promène, tranquillement.

Au cours de ces flâneries d’un promeneur solitaire, j’ai glané des images, des impressions ; j’ai tenté d’imaginer comment la ville a évolué avec le temps, de saisir son passé qui fuit autant que son présent et ses promesses d’avenir… C’est sans prétention que je vous les présente aujourd’hui, un peu comme un brouillon, une ébauche d’une œuvre en gestation.

D’ouest vers l’est

Images de Rosemont 3 - Bellechasse

D’un vieux garage, sur la rue Bellechasse, dans la Petite-Patrie, le 13 mars 2014… jusqu’au Parc Maisonneuve, plus vers l’est, le 18 mars 2012

Le Parc Maisonneuve, aux premiers jours du printemps, il y a trois ans

Des aliments… et des fleurs…

Images de Rosemont 9 - Marché Jean-Talon

Au Marché Jean-Talon dans le secteur de la Petite Italie… et à la boulangerie sur la rue Masson…

Rue Masson

Flâner, et se rafraîchir

Images de Rosemont 5 - Escaliers

Se promener tout en admirant les fleurs qui envahissent les escaliers typiques de Montréal… s’arrêter, le temps d’une pause-rafraîchissement, à la crèmerie Dairy Queen, sur la rue Beaubien…

Le Dairy Queen, sur Beaubien
Le Dairy Queen, sur Beaubien

Saisir le présent composé du passé

Images de Rosemont 10 - Le Capri, coin De Lorimier et Rosemont
Coin De Lorimier et Rosemont
Images de Rosemont 10 - Parc Molson
Un samedi matin d’automne au Parc Molson
L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont
L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

9 réflexions sur “Images de Rosemont — La Petite Patrie

  1. J’adore lire vos articles , je les guette , et je m’y installe tranquillement . Vos photos sont superbes , et fonctionnent parfaitement avec votre belle écriture . J’ai découvert Montréal en octobre dernier et j’ai beaucoup aimé l’atmosphère , la vie des quartiers . Je ne suis pas allée jusqu’à Rosemond-Petite -Patrie , mais la prochaine fois je ne manquerai pas d’y flâner …Merci pour cette pose dans mon lundi matin .

    J’aime

  2. Je me retrouve bien dans cette promenade. J’ai aussi adopté ce quartier, il y a 3 ans aussi. Je ne voudrais pas le quitter pour un autre, si ce n’est peut-être Verdun. Mais ici, j’aime aussi être à l’entrée de Hochelaga-Maisonneuve où je me promène souvent. Bonne journée.

    J’aime

  3. Comme je te comprends, découvrir une ville offre un vif plaisir qui semble inépuisable. J’en ai fait l’expérience à Bogota durant plusieurs années et à Tunis lors de séjours fréquents et prolongés. Maintenant, j’écume Paris que je connais bien, mais qui me surprend toujours par quelques détails cachés.

    J’aime

  4. Une jolie « exploration » de la ville. .
    « C’est difficile de s’apprivoiser un nouveau milieu »…. : sentiment ressenti tout dernièrement en banlieue parisienne, avant de retrouver « ma province » !

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s