La Floride – les premiers jours

Fort de Soto – du 1er au 4 avril 2014

Une des nombreuses variétés de palmiers
Une des nombreuses variétés de palmiers…

Nous ne sommes pas épuisés de cette longue course de 2 800 km, en cinq jours, de Montréal à St. Petersburg, Floride ; plusieurs accointances m’ont raconté avoir fait un trajet équivalent en moitié moins de temps — plusieurs chauffeurs se relayant derrière le volant, jusqu’à douze heures ou plus par jour, l’un qui conduit pendant que l’autre dort, réduisant au minimum le temps d’arrêt dans des haltes routières pour allonger les jambes, manger, ou se reposer. On a l’habitude des longues distances en Amérique du Nord.

C’est ici, au Fort de Soto, que nous entreprenons réellement notre voyage le long de la Côte Atlantique, du sud vers le nord. Mais avant de l’amorcer, nous devons faire une pause.

Si petite soit elle, nous devons nous habituer à nouveau à habiter notre maison mobile. Nous consacrons les premiers jours à la réaménager, tout en nous acclimatant au milieu.

Nous ne voyageons pas légèrement, ni simplement. Encore une fois, nous constatons que, succombant à des excès de prévoyance, nous avons apporté beaucoup plus que ce qui est nécessaire. Nous consacrons du temps à faire le ménage annuel du printemps que nous n’avions pu faire avant de quitter Montréal quelques jours plus tôt.

Nous rangeons les vêtements chauds dont nous n’aurons plus besoin pour les semaines à venir. Il faut vidanger et rincer tous les tuyaux et les réservoirs d’eau pour éliminer toutes les traces de l’antigel qui a protégé la plomberie des dégâts de l’hiver québécois. Puis, nous explorons les alentours, afin de trouver un marché où faire nos provisions.

Simultanément, puisque c’est notre première visite en Floride, nous nous familiarisons progressivement avec un tout autre environnement. Le sol sous nos pieds, dur et sec, est composé de milliers, de millions, de milliards de coquillages cassés, émiettés, écrasés et réduits en poudre compactée par les ravages de milliers, sinon de millions d’années de tempêtes, de marées, de vents, et de la brûlure du soleil éclatant.

Nous observons les oiseaux et une végétation que nous ne connaissons que grâce à des lectures, tels ces pélicans qui viennent planer silencieusement, chaque jour en fin de journée, au-dessus de la surface de l’étendue d’eau salée derrière notre site de camping. Je suis étonné de constater qu’il existe une si grande variété de palmiers.

Il pleut des fleurs sur notre site de camping : un arbre, l’hibiscus qui surplombe notre autocaravane, est en train de perdre ses fleurs.

Les aigrettes, les hérons, les mouettes et les corneilles observent attentivement notre table de camping ; les aigrettes viennent quêter de la nourriture avec une certaine agressivité ; elles ne nous craignent pas. Cela devient même déplaisant.

Des oiseaux agressifs
Des oiseaux agressifs…

Le corps s’habitue progressivement à la chaleur. Je rédige les premières notes de ce récit de voyage en manches courtes, sur une table de pique-nique, à l’extérieur. Vient la nuit, on s’endort au bruit de la vague qui se brise sur la plage.

Nous explorons le parc du Fort de Soto. Je me promène sur la jetée qui s’allonge sur le Golfe du Mexique. Nous visitons les vestiges du fort qui avait été édifié, il y a plus d’un siècle, au moment de la guerre contre l’Espagne, pour surveiller l’accès au port de Tampa Bay. Nous nous détendons une journée sur la plage.

La jetée du Parc du Fort de Soto
La jetée du Parc du Fort de Soto
Une des plages du Fort de Soto State Park Beach
Une des plages du Fort de Soto State Park Beach

La peau est plus lente à s’adapter. Malgré toutes les précautions, dès cette première sortie sur la plage, je prends un sérieux coup de soleil sur le dessus de mes pieds. Je dois les couvrir toute la semaine suivante.

Après quelques jours de pause, nous avons repris notre souffle d’explorateurs : nous nous déplaçons du camping du Fort De Soto vers le Turtle Beach Campground, à Siesta Key, en « banlieue » de Sarasota. Ce sera notre base pour une semaine de découverte de cette ville.

7 réflexions sur “La Floride – les premiers jours

  1. Et vous donnez bien envie de découvrir ce côté de la Floride … Sommes allés 2 fois de Miami à Key West mais oui il faut prendre le temps d’aller à Tampa et sur ces plages de coquillages . Merci pour ce beau carnet de voyage

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s