Voyager en France en auto-caravane

Farniente… l’après-midi, fin septembre, sur le bord de la Méditerranée, au sud de Barcelone… un courant d’air frais traverse l’autocaravane…

Septembre et octobre 2010

Comment s’y prend-on pour parcourir 3 000 kilomètres pendant six semaines, sans changer de chambre à tout bout de champ, sans avoir à refaire ses valises à tous les deux ou trois jours, ou même à chaque semaine, et en ne mangeant dans les restaurant qu’environ une fois sur trois en moyenne?

Pour nous, le camping est une manière de voyager. Ce n’est pas une activité en soi. Nous savions depuis longtemps que se déplacer en auto-caravane offre de nombreux avantages pour effectuer un long parcours sur une longue durée. L’avantage le plus important, à notre avis, c’est celui de se sentir chez-soi pendant qu’on se déplace.

Un point d’ancrage…

Une auto-caravane est l’équivalent d’un petit appartement mobile. Ce n’est pas beaucoup moins spacieux qu’une chambre d’hôtel.

Dès le premier jour où nous en avons pris possession, nous avons vidé nos valises et nous avons rangé nos effets dans les tiroirs, les armoires et la pharmacie. Le modèle d’auto-caravane que nous avons loué ne manquait pas d’espace de rangement, tout au contraire. Même le réfrigérateur était plus volumineux que nous l’avions prévu. L’espace habitable, par contre, était restreint mais confortable.

Une chambre d’hôtel mobile

Le premier jour, nous avons aussi commencé à nous équiper : les éléments de base pour faire la cuisine et les produits d’entretien tels que du savon et des éponges, ainsi que des boîtes de papier-mouchoir, des serviettes de papier, une rallonge électrique, etc. À la même occasion, nous avons fait nos premières provisions : fruits, légumes, viandes froides, huile, pain, oeufs… Nous avons été chanceux : il y avait un centre Auchan, un hypermarché, à distance de marche du premier camping où nous nous sommes installés. On y a trouvé tout ce dont nous avions besoin pour amorcer notre exploration du sud de la France. Ce fut une activité qui nous a permis de mieux connaître la France et les Français, telle qu’on ne l’aurait pas connue si on avait choisi un autre mode d’hébergement et de déplacement.

Préparer son propre repas accentue cette impression de vivre chez-soi en voyage. On achète le poisson le jour même… les légumes sont frais…

Cette impression d’être chez-soi se renouvelle à tous les jours, dès le matin en se levant, jusqu’en soirée, et surtout au moment des repas.

Nous avons souvent mangé dans l’auto-caravane : pas seulement le matin et bien souvent le soir, mais aussi à l’heure du midi, dans des haltes routières, ou sur le bord de route, lorsque l’occasion s’y prêtait et que c’était sécuritaire.

S’approvisionner…

Il faut reconnaître que c’est très agréable de faire son marché en France et en Catalogne. Du pain frais à tous les jours, du fromage et du vin de chacun des « pays » que nous avons visités, des fruits et légumes frais, et les produits locaux de toute nature. On trouve un grand choix de produits, autant dans les marchés publics que dans les boulangeries, les boucheries, et autres marchés d’alimentation — superettes, supermarchés, hypermarchés…

Place du Marché à Marseillan-Plage

Ce n’est qu’au camping Tres Estrellas, en banlieue sud de Barcelone, qu’on a trouvé sur le terrain de camping-même, presque tout le nécessaire dont on peut avoir besoin en camping. Même en fin de saison, les étalages du petit magasin y étaient remplis de toutes sortes de produits : des produits congelés aux plats cuisinés et aux aliments frais, ainsi que des conserves, des outils, des ballons, et des parasols pour la plage.

C’est pour le plaisir de l’expérience d’y vaquer que nous nous sommes promenés dans les allées bondées du grand marché central de La Boqueria, en plein centre de Barcelone. Nous y avons fait une petite épicerie de légumes et de fruits frais que nous avons ramenés en autobus jusqu’au camping à la fin d’une journée de tourisme.

Partout ailleurs, il fallait sortir du terrain de camping pour s’approvisionner. Dans les régions rurales et dans les petites communes, comme à Ambert en Auvergne ou à Marseillan-Plage au Languedoc, il y a les marchés hebdomadaires. Des producteurs locaux nous présentent eux-mêmes leurs produits. C’est un réel plaisir de s’entretenir avec ces producteurs de leurs produits : la différence entre tel et tel miel ou fromage, quelles sont leurs recettes… La relation avec le marchand devient personnelle

Les sites de camping

Étant donné la saison, il y avait peu d’affluence dans les terrains de camping. Il est vrai que les Européens pratiquent beaucoup plus l’autonomie en camping que nous le faisons en Amérique du Nord, ce qui enlève de la clientèle aux établissements de camping. Nous n’avons pas eu besoin de réserver nulle part. Par contre, il faut tenir compte des heures d’ouverture. Plusieurs établissements ferment tôt. On peut s’installer pendant la soirée et s’enregistrer le lendemain matin. Il est bon d’arriver tôt aux établissements situés dans ou près des grandes villes, pour choisir un site agréable.

Les installations sont sécuritaires et elles sont généralement bien entretenues. Sauf de rares exceptions, nous avions accès à l’Internet, généralement dans un périmètre rapproché de l’accueil. Parfois c’était gratuit.

Partout, nous avons choisi des sites de camping en fonction de l’accès qu’ils nous offraient aux endroits que nous voulions visiter. Dans le cas des grandes villes, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Barcelone, Avignon, nous avions accès au réseau de transport en commun. Dans les autres endroits, tel qu’à Ambert, Figeac, Sarlat, on pouvait se rendre à pied aux lieux que nous voulions visiter.

Camping Le Haras, Roussillon, France

Les seules régions où nous avons éprouvé des difficultés d’accès sont cellec du Languedoc et de la Provence. Nous avions prévu nous installer dans un endroit relativement central, d’où nous pourrions essaimer. Marseillan-Plage nous était apparu comme étant idéal pour visiter Sète, Nîmes, Montpellier… L’accès aux stationnements y est très difficile pour les camping-car. Nous avons été chanceux de trouver une place à Sète. Pour visiter Marseille, nous avons pris le train régional pour faire un aller-retour à partir d’Avignon.

Au tout début du voyage, dans les montagnes de l’Auvergne, les nuits ont été froides. Ailleurs, la température fut très agréable.

Les routes

L’auto-caravane que nous avons louée était un peu plus grande que celle que nous possédons. Nous avons donc dû nous habituer à la manœuvrer, surtout sur le réseau routier français. Les chauffeurs nord-américains qui sont habitués à conduire des véhicules plus gros, tels que des camions ou des autobus, trouveront que les rues sont étroites. La conduite est manuelle. Il n’est pas toujours facile de s’orienter, même avec les cartes les plus précises et détaillées; mais le caravanier le plus expérimenté doit composer avec cette réalité partout, même dans son propre pays ou sa propre région. Il faut s’habituer à la signalisation. On apprend graduellement, avec l’expérience à se fondre dans la circulation.

À plusieurs occasions, je me suis arrêté au cours de la journée pour me reposer… voire, faire la sieste, sur le bord de route. C’est un avantage dans une auto-caravane, de pouvoir s’allonger sur un lit.

Il y a des haltes-routières dans la plupart des régions. À certains endroits, on y trouve de beaux panoramas. Certaines autoroutes sont payantes. Le long des celles-ci, certaines haltes offrent un minimum de services – essence, sanitaires, table de pique-nique. Ailleurs, on y trouve non seulement des services de restauration, mais aussi un hôtel et des boutiques qui mettent en valeur les produits de la région.

Six semaines en voyage, c’est long. Mais nous croyons que de le faire en auto-caravane a été beaucoup moins épuisant que si nous l’avions fait en automobile ou par train. Nous avons pu visiter des régions rurales tout autant que des villes. Cette expérience de camping nous a aussi servi d’apprentissage pour les voyages de longue durée que nous avons l’intention de faire dans les années à venir.

Halte routière de la Haute-Garonne, sur l’autoroute Entre-deux-mers, à l’est de Toulouse, en direction de Carcassonne : on y trouve un centre d’interprétation sur le Canal du Midi et on peut y faire une randonnée en bateau.

Une version de ce reportage a été publié dans le numéro d’octobre-novembre 2011 du magazine Camping Caravaning. Une version électronique de ce texte offre aussi des renseignements complémentaires, notamment sur les camping où nous nous sommes installés.

Une réflexion sur “Voyager en France en auto-caravane

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s